Matthieu, Président de PhilOrientChers amis,

J’ai la joie de vous annoncer que c’est en Vendée qu’auront lieu cette année les premières Rencontres PhilOrient en France. Après l’édition libanaise de l’été dernier, c’est dans cette région chargée d’histoire et de culture que nous poserons nos bagages du 22 au 29 juillet.

Au terme d’une année où nous avons pu réfléchir sur le thème du beau et de l’enracinement, passer cette semaine du côté du Puy-du-Fou nous a rapidement semblé une évidence. Afin de découvrir comment le beau peut être au service d’une redécouverte de ses racines, nous passerons donc une journée dans le meilleur parc de loisirs du monde selon le prestigieux Applause Award. Nous assisterons également à la Cinéscénie, ce spectacle grandiose rassemblant 2000 acteurs sur une scène de 23 hectares.

Mais nous découvrirons également pendant cette semaine que le beau ne se réduit pas à l’esthétique. L’esthétique évolue dans le temps et dans l’espace, au gré de l’histoire et des cultures. L’art est subjectif, certes, mais nous ouvre à l’universel.

Mais alors, comment apprendre à voir l’absolu qui se cache derrière un tableau, derrière un coucher de soleil, ou derrière un visage. Entre autres, le témoignage de Martha Kayser nous donnera quelques clés, elle qui a épousé Philippe, qui était infirme moteur cérébral de naissance. Son visage, déformé par la souffrance et les contorsions, ne correspondait pas aux codes esthétiques de notre société. Et pourtant, Martha témoigne du fait que lorsque son visage était un instant détendu, Philippe était très beau.

Surtout elle nous témoigne de la beauté de l’amour qui dépasse tout. Tel est le sens de ces mots de Philippe peu avant sa mort : « Toujours plus ! Toujours plus de souffrances, plus de douleurs, plus d’offrandes, plus d’abandon, plus d’humour, mais par-dessus tout, toujours plus d’amour ! » Quoi de plus beau que le don total de soi par amour !

Puy du Fou

N’est-ce pas également le sens du don de sa vie par le Christ ? Qu’y a-t-il de beau dans un homme ensanglanté et cloué sur une croix ? C’est pourtant dans le crucifix que réside le sommet de l’art chrétien, ce qu’il y a de plus beau. La beauté ne peut être distinguée de la vie. L’art oriental, notamment l’iconographie, insiste d’ailleurs davantage sur la résurrection que sur la passion du Christ. En Orient, le beau est avant tout une expérience vivante.

Nous toucherons cela du doigt avec Damien Poisbleau, l’un des plus grands spécialistes du chant grégorien. « Chanter bien, c’est prier deux fois » disait Saint Augustin. Pour Damien Poisbleau, il ne suffit pas d’avoir la note juste pour chanter bien. Pour que le chant soit une véritable prière, il doit être pour le chantre une véritable expérience intégrale de l’esprit, de l’âme et du corps. L’Occident a perdu cette dimension du chant sacré, et il ne pourra la retrouver qu’en se mettant à l’école de ses frères orientaux.

C’est là toute la richesse que désire susciter PhilOrient, en permettant à une quinzaine de jeunes orientaux et occidentaux de se retrouver, d’échanger et de prier ensemble. De nombreux autres intervenants, activités et rencontres viendront nourrir cette expérience. Mais la première richesse de PhilOrient, c’est la richesse de chaque personne qui rejoint le réseau. Nous n’avons pas fini de découvrir la merveille qu’est chacun d’entre nous. Et c’est beau !

Matthieu